Du passif au durable

vendredi 14 avril 2017

Au Fonds du Logement, la construction passive est standard. Depuis 2012 déjà, le promoteur public essaie de respecter ses critères dans tous ses projets. Le choix de l’isolant est en revanche laissé à l’architecte. Tous les matériaux d’isolation les plus courants, plus ou moins écologiques, sont donc représentés dans les bâtiments du Fonds. Avec l’arrivée de la certification LENOZ, le Fonds passe à des maisons qui sont non seulement très efficaces du point de vue énergétique voire à énergie positive mais aussi plus durables.

« Le triple A étant acquis, nous ne recevons plus aucun subside pour les maisons passives. Leur obtention est désormais liée au nombre de points acquis dans le cadre de LENOZ qui dépend très fortement du caractère écologique des maté- riaux mis en œuvre. La question est de savoir si les subsides seront suffisants pour compenser les coûts supplémentaires générés par ces éco-matériaux qui restent, pour le moment, plus chers à l’achat que les matériaux traditionnels », explique Jean-Paul Thies. Les éco-matériaux font déjà partie intégrante des bâtiments du Fonds du Logement depuis une dizaine d’années. «Tout au début du Fonds, lorsque nous construisions des bâtiments de classe énergétique BB, CC voire même DD, nous le faisions en maçonnerie traditionnelle. Depuis que nous sommes passés au passif, nous construisons beaucoup en bois massif ou en panneaux de bois, qui est un matériau biosourcé », souligne l’ingénieur. Le 1er projet de ce type a été réalisé en 2006 à Niederkorn. Il s’agit d’une résidence mixte de classe B, construite en partenariat avec la commune de Differdange, qui regroupe une salle publique polyvalente, l’éducation précoce et des logements pour personnes âgées. Elle est composée de panneaux de bois isolés avec de la cellulose et est alimentée en énergie par des panneaux solaires, un puits canadien et une chaudière à pellets. Une construction analogue a été réalisée peu de temps après avec le même architecte pour la commune de Pétange. De manière générale, les menuiseries extérieures en bois ou en bois et aluminium sont privilégiées par le Fonds qui a également proscrit la pose de conduites en PVC dès la fin des années 90, lui préférant d’autres résines thermoplastiques comme le polypropylène ou le polyéthylène, moins néfastes pour l’environnement. En ce qui concerne les projets plus récents, le Fonds du Logement vient tout juste de livrer une résidence de 14 appartements à Steinsel : une construction traditionnelle en maçonnerie avec une isolation en panneaux de fibres de bois et de la laine minérale en façade et en toiture. Certaines parties ont aussi été isolées avec du polystyrène extrudé. « La laine minérale est efficace en toiture et en façade, mais elle risque de boire l’humidité en sous-sol. La nouvelle réglementation interdit d’ailleurs l’utilisation du polyuréthane en rénovation, sauf en cas de contact avec la terre. Il y a un compromis à trouver entre efficacité et protection de l’environnement», précise Jean-Paul Thies. Le choix des matériaux n’a pas été laissé au hasard, il est lié à LENOZ: « Le choix de la fibre de bois et de la laine minérale se justifie pleinement si on se base sur le tableau des matériaux d’isolation repris dans LENOZ », ajoute-t-il. La résidence sera chauffée par une chaudière à condensation à gaz couplée à des panneaux solaires, mais elle est tout de même classée AAA. Parmi les autres projets en cours, on notera la construction de 4 maisons unifamiliales en construction bois avec de l’isolation en cellulose de papier insufflée à Asselborn et d’une résidence avec une structure bois, 2 pompes à chaleur en cascade, un réservoir à glace et des panneaux solaires à Steinfort. La prochaine étape est de bâtir une maison en blocs de chanvre à Beckerich, un projet qui est en phase PAP, et peut-être de travailler avec du liège à grande échelle ou du coton biologique. « Nous essaierons aussi à l’avenir d’éviter autant que possible les collages et de leur préférer les systèmes de fixation mécaniques de manière à ce que la façade, les parquets et autres soient démontables, conformément aux exigences de LENOZ», conclut Jean-Paul Thies.

NEOMAG #5, Les matériaux bio-sourcés appliqués aux bâtiments